FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Qu'est-ce que vous lisez en ce moment ?
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4 ... 13, 14, 15  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    www.apinkdream.org Index du Forum -> Club America
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Elegy
Disintegration
Disintegration


Inscrit le: 10 Mar 2006
Messages: 2975

MessagePosté le: Lun Sep 14, 2009 23:03    Sujet du message: Répondre en citant



Garance, Simon, Lola et Vincent sont frères et sœurs, unis par les souvenirs et par le cœur. Ils se retrouvent tous les quatre à l’occasion d’un mariage qui s’annonce particulièrement ennuyeux. Sur un coup de tête, ils décident de s’éclipser et de prendre le chemin des écoliers, pour quelques heures. Le temps de voler de rares instants de bonheur à la vie…
_________________
You're just like a dream ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Lacrymocratie
Paris
Paris


Inscrit le: 11 Aoû 2004
Messages: 5742

MessagePosté le: Ven Oct 02, 2009 19:40    Sujet du message: Répondre en citant

Affaire Polanski : Lettre ouverte à Monsieur Kouchner et Monsieur Mitterrrand


de Manu A, Invalide sans profession.

Vos prises de position au sujet de l’affaire Polanski me forcent à venir à vous. En 1989, il y a donc 20 ans de cela, je me suis rendu coupable des mêmes faits que l’on reproche à Monsieur Polanski. Je croyais, moi aussi, que j’avais un rapport sexuel avec une adolescente de 14 ans consentante. Contrairement à votre pauvre cinéaste, j’ai attendu sagement la venue des gendarmes, puis je suis resté en cellule deux ans et demi, jusqu’à mon procès devant la Cour d’assises. Et, toujours en cellule, j’ai compté deux mille deux cent cinquante cinq (2255) jours avant d’être enfin élargi. Soit dit en passant, sans une seule permission de sortir préalable.

Le fait est que la prison, le procès et la psychanalyse aidant, j’ai fini par saisir une subtilité qui jusque là m’avait échappé et qui, je l’avoue, était sinon à l’origine de mon acte, tout du moins un élément déclencheur de ce que j’infligeais à ma victime.

Comme j’ai pu constater, suite à l’affaire Polanski, que cette subtilité vous échappe à tous deux, je m’empresse de vous en faire part. J’ai appris à mes dépends, mais aussi et surtout aux dépends de celle à qui j’ai fait tant de mal, qu’une gamine de 13 ans ne peut en aucun cas donner son consentement pour une relation sexuelle avec un adulte. Je le répète, il est impossible qu’elle donne son consentement, y compris lorsqu’elle est explicitement demandeuse, c’est vous dire combien certains font fausse route et pourquoi je fus très justement condamné pour viol. Si vous me demandiez la raison de cette impossibilité, je vous répondrais ce par quoi je commençais ce paragraphe.

D’où, Messieurs les ministres, la nécessité de répondre de ses actes devant la justice, devant la victime et de les revoir, les mâcher, les ruminer, jour après jour, nuit après nuit. Tout cela bien sûr dans la douleur, les larmes, la contrainte, l’humiliation, la honte et la solitude de la prison. Travail qu’on ne peut nullement réaliser dans le strass et les paillettes. Travail que vous, Messieurs les ministres et tous ceux qui protègent Polanski depuis si longtemps, l’avez empêché de réaliser.

Voilà pourquoi cette affaire lève un tel tollé parmi les gens communs, et voilà la raison du décalage abyssal qu’il y a entre l’opinion du petit peuple, dont je suis, et vous et vos amis intellectuels : parce que vous vous dressez comme un seul homme contre ce que nous enseigne toute notre civilisation - excusez du peu !

Vous, Messieurs, voilà que tout d’un coup, vous nous crachez que l’homme ne doit nullement faire amende honorable, ni redresser son chemin. Et vous voilà, soudain, la bouche pleine de ses pitoyables excuses que l’on entend si souvent dans la bouche de tristes individus, dont j’étais, plus proches de l’animalité que de ce à quoi ferait penser leur silhouette : "Elle était consentante, elle paraissait vingt ans, il y a si longtemps"

Vous, ministres et intellectuels, vous n’avez loupé aucune de ces bestialités, plus l’insulte faite à tous ceux qui purgent leur peine dans la promiscuité, le silence et l’oubli de nos prisons.

Mais il y a pire.

Les faits dont je me suis rendu coupable, je les ai commis en 1989, il y a donc vingt bonnes années. Personnellement, j’ai assumé, j’ai payé et j’ai même payé un second crime que je n’avais pas commis et puis surtout, j’ai réalisé l’infinie gravité de mes actes. Et si je n’ai jamais eu droit au pardon, j’ai en revanche eu droit à l’oubli... Jusqu’en février dernier.

Car voilà qu’en février 2009, donc vingt ans après, ces messieurs en uniforme sont venus me notifier que dorénavant j’héritais d’une nouvelle punition qui consiste à devoir me rendre deux fois par an dans leurs locaux pour leur confirmer mon adresse. Vingt ans après Monsieur Kouchner ! Vingt ans après Monsieur Mitterrand ! Alors que j’ai tout assumé, payé et jamais récidivé. Alors qu’ils ont devant leurs yeux vingt longues années de non récidive. Et cette loi scélérate, c’est vous, Monsieur Kouchner, c’est vous, Monsieur Mitterrand, vous qui demandez à ce qu’on oublie un fugitif, c’est vous qui l’avez voulue et votée, quand pour Polanski "c’est si vieux, quel acharnement, méchants américains..."

Depuis février, je fais des cauchemars, depuis février, j’ai perdu ma paix et l’on m’a arraché à l’oubli, celui que la coutume ancestrale me concède.

Depuis que vous m’avez infligé une nouvelle punition, vingt ans après les faits, ça va mal. Mais depuis trois jours, Messieurs les ministres, depuis que vous avez réagi pour Polanski, là vous m’avez mis la haine, j’ai perdu mon peu de sagesse. Vous m’avez empoisonné le sang. Je vous demande donc au nom du simple principe de cohérence de me faire enlever cette dernière punition aussi injuste que traumatisante. De lancer une pétition avec vos amis les intellectuels et autres cinéastes.

Redonnez-moi mon droit à l’oubli, car moi, oui, j’y ai droit, j’ai fait plus juste que le "Pianiste" et son auteur : J’ai payé !

http://www.lemonde.fr/opinions/chronique/2009/09/30/lettre-ouverte-a-monsieur-kouchner-et-monsieur-mitterrrand_1247376_3232.html
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nikola
Galore
Galore


Inscrit le: 12 Mai 2004
Messages: 7900

MessagePosté le: Ven Oct 02, 2009 21:09    Sujet du message: Répondre en citant


_________________
"Le poète qui dort dehors et qui dans les bras de Morphée rêve des mots d'un mort célèbre et mords ses lèvres." S.D.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ice-in-my-eyes
The Top
The Top


Inscrit le: 12 Nov 2004
Messages: 673
Localisation: nantes

MessagePosté le: Lun Oct 05, 2009 19:30    Sujet du message: Répondre en citant

pour rappel des deux livres précédents:
http://alcyone.forumactif.com/l-invitation-au-voyage-f2/murakami-ryu-t691.htm#6443




Trilogie qui parle des rapports humain dans un trio de personnages (une actrice masochiste installée à Paris, une dominatrice, nymphomane et maîtresse de cérémonie SM et un homme d'affaire volontairement déchu et converti en SDF))

Ce dernier volet donc parle de Reiko ( l'actrice) arrivé a cuba à la recherche du "maître", perdue et hagarde dépeint sa relation avec celui-ci auprès d'un photographe japonais installé à Cuba depuis des années. Ce livre parle du voyeurisme et l'asservissement et l'anéantissement du soi à cause de cette relation.

J'ai beaucoup aimé Thanatos , même s'il laisse un goût amer en le terminant, sur la relation avec les gens en général


_________________
*****
http://lemondedelagratte.xooit.fr/index.php
*****
http://alcyone.forumactif.com/portal.htm
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Nobi
Invité





MessagePosté le: Mar Oct 13, 2009 20:49    Sujet du message: Répondre en citant

" Des coléoptères, des collections et des hommes " de Yves Cambefort

Ouvrage retraçant le début des collections de coléoptères du moyen-âge à nos jours.
L'entomologiste coléoptèriste que je suis y nage tel l'hydrophile dans sa mare !
Vraiment passionnant, je pense même pour un béotien, ce livre retrace aussi les différentes figures importantes de l'entomologie, et les divers et variés donateurs, qui au fil des ans, font de la collection de coléoptères du Museum d'Histoire Naturelle de Paris, la plus importante au monde.
Revenir en haut de page
headbanger
Show
Show


Inscrit le: 05 Juil 2004
Messages: 4648
Localisation: Pays de Savoie

MessagePosté le: Mer Oct 14, 2009 09:33    Sujet du message: Répondre en citant

La forêt des mânes de Jean-Christophe Grangé
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail MSN Messenger
Lacrymocratie
Paris
Paris


Inscrit le: 11 Aoû 2004
Messages: 5742

MessagePosté le: Sam Oct 31, 2009 21:34    Sujet du message: Répondre en citant

Bashung(s) une Vie /de Marc Besse
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gone!
Greatest Hits
Greatest Hits


Inscrit le: 01 Jan 2007
Messages: 8399
Localisation: Nord de la France

MessagePosté le: Dim Nov 01, 2009 09:47    Sujet du message: Répondre en citant

A l'Est d'Eden, de Steinbeck.
_________________
I can sing, I can dance, I can laugh
As if nothing ever changed
But without you, without you
It can never be the same
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
jenny
Disintegration
Disintegration


Inscrit le: 12 Mai 2004
Messages: 2601

MessagePosté le: Lun Nov 02, 2009 10:51    Sujet du message: Répondre en citant

Montagne Sainte-Victoire a écrit:
Bashung(s) une Vie /de Marc Besse


tu me diras si il vaut le coup?
_________________
donnez moi de nouvelles données
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Lacrymocratie
Paris
Paris


Inscrit le: 11 Aoû 2004
Messages: 5742

MessagePosté le: Mer Nov 04, 2009 19:12    Sujet du message: Répondre en citant

Fonce Jenny!

Une bio très académique.De la naissance à la mort de façon chronologique.Mais bien écrite et largement documentée(trop?).

On y découvre un artiste d'une ténacité redoutable(les 70's).

Besse ne franchit jamais la ligne blanche.Il ne fait que pudiquement affleurer la face sombre du bonhomme ainsi que les derniers jours.

De façon plus générale,il s'abstient de toute approche psychologisante,de toute subjectivité,pour ne se limiter quasiment qu'aux faits.C 'est à la fois la force et la limite de cette bio.

(tout le monde ne possède pas le talent de Guralnick qui lui est capable de lier,tout en finesse, ces 2 approches possibles).

Le chapitre sur la gestation et l'enregistrement de "L'imprudence" est stupéfiant.Bashung a tout donné pour ce disque.

Je tenterai,plus tard ,le Mikaïloff.

Quelqu'un l'a lu?

Sinon,il faut s'attendre à l'avenir,vu les errances du gars,à des "unauthorized" bien plus trash...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
PHILOU?
The Cure
The Cure


Inscrit le: 24 Mai 2005
Messages: 16339

MessagePosté le: Mer Nov 04, 2009 19:42    Sujet du message: Répondre en citant




La critique [evene]
par Dominique Beaumont

Personne n'est à l'abri de la dépression mais grâce à la médecine, à l'amour et à la volonté, on peut en sortir : tel est le message délivré par Philippe Labro dans "Tomber sept fois, se relever huit". L'auteur relate son incontrôlable glissade dans la dépression et sa longue traversée du tunnel avant la lente et progressive remontée vers la vie et vers les autres. C'est un récit évidemment très narcissique, le déprimé étant "fondamentalement un égoïste, autocentré" qui "ne s'intéresse qu'à sa maladie" et "ne parle que de lui". Mais le ton est juste et sincère et l'écriture sobre et efficace. Labro sait alterner la description des signes cliniques de la maladie et l'expression des sentiments qui l'oppressent. Il égratigne au passage les faux amis pour mieux souligner l'importance des affections vraies et distribue des conseils avisés et bien sentis. On touche du doigt la souffrance du malade et de ceux qui l'entourent.
Il paraît que la dépression touche une personne sur cinq, ce qui, avec les proches, finit par concerner pas mal de monde. Ceux-là apprendront probablement beaucoup du récit de Labro qui fait peut-être ainsi oeuvre de salubrité publique. Les autres (ceux que la dépression n'a encore touchés ni de près, ni de loin) n'y verront peut-être qu'une confession autobiographique de plus dans la somme de littérature-réalité qui nous est proposée. Mais nul ne pourra dénier à ce livre son authenticité, son humilité et la belle leçon de courage et d'espoir qu'il propose.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Elegy
Disintegration
Disintegration


Inscrit le: 10 Mar 2006
Messages: 2975

MessagePosté le: Mer Nov 04, 2009 22:16    Sujet du message: Répondre en citant



"
Veronika est jeune et jolie. Elle a un travail, des amis. Une vie apparemment satisfaisante. Pourtant, elle n'est pas heureuse. Le 21 novembre 1997, elle décide de mourir.
Son suicide raté la conduit dans un hôpital psychiatrique. Là, à côté de malades mentaux, elle découvre une population qui ne semble chercher qu'un abri contre la réalité, ou une fuite hors de la routine...

Une nouvelle initiation va commencer pour elle. Elle comprendra que nous avons le choix de vivre ou de renoncer, que nous pouvons donner un sens à notre vie, qu'il faut pour cela retrouver notre Moi véritable. Et même notre part de folie... "

_________________
You're just like a dream ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Lacrymocratie
Paris
Paris


Inscrit le: 11 Aoû 2004
Messages: 5742

MessagePosté le: Jeu Nov 05, 2009 09:08    Sujet du message: Répondre en citant

vachement gaies vos lectures...

Après cette parenthèse rock,je me remets à l'histoire:

Marx:"la guerre civile en France"

J.Artarit:"Robespierre"(l'auteur est psychiatre et psychanalyse.Parait qu' il était complétement sonné le Robby ...).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
jenny
Disintegration
Disintegration


Inscrit le: 12 Mai 2004
Messages: 2601

MessagePosté le: Jeu Nov 05, 2009 10:11    Sujet du message: Répondre en citant

j'ai tenté une nième fois la lecture de "le chiox de sophie" de styron....pas envie de le lire vu l'"humeur du moment.

sur la dépression et son ressenti egocentrique, je conseille du meme auteur "face aux tenebres"
_________________
donnez moi de nouvelles données
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
YOKO ONO
Wish
Wish


Inscrit le: 11 Juin 2004
Messages: 4492

MessagePosté le: Lun Déc 21, 2009 19:34    Sujet du message: Répondre en citant


_________________
guilty feet have got no rhythm
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
miroku
Show
Show


Inscrit le: 06 Aoû 2008
Messages: 4525
Localisation: Tolosa

MessagePosté le: Lun Déc 28, 2009 22:33    Sujet du message: Répondre en citant


_________________
come closer and i'll whisper ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
YOKO ONO
Wish
Wish


Inscrit le: 11 Juin 2004
Messages: 4492

MessagePosté le: Mar Déc 29, 2009 04:04    Sujet du message: Répondre en citant


_________________
guilty feet have got no rhythm
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sly
Wish
Wish


Inscrit le: 31 Aoû 2007
Messages: 4057
Localisation: Dieppe

MessagePosté le: Ven Fév 19, 2010 15:53    Sujet du message: Répondre en citant

& mourir dans l'oubli comme un requin dans l'onde de Steven Hall (à noter que le titre français est tiré de La Mort Joyeuse de Baudelaire et que le titre original fait référence aux tâches de Rorschach)

Si vous avez aimez la Maison des Feuilles...
si vous aimez : la science-fiction, le romantisme (je parle pas de Twilight, hein !), les calligrammes, Baudelaire, Dune, Les dents de la mer, la philosophie, la linguistique, la cryptozoologie, les codes, Mono...
_________________
Please come home
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gone!
Greatest Hits
Greatest Hits


Inscrit le: 01 Jan 2007
Messages: 8399
Localisation: Nord de la France

MessagePosté le: Ven Fév 19, 2010 22:52    Sujet du message: Répondre en citant

Caligula, de Camus
Ensuite trois bouquins de Fedorovski.
_________________
I can sing, I can dance, I can laugh
As if nothing ever changed
But without you, without you
It can never be the same
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Lacrymocratie
Paris
Paris


Inscrit le: 11 Aoû 2004
Messages: 5742

MessagePosté le: Sam Mar 06, 2010 14:25    Sujet du message: Répondre en citant

A gauche, toute ! : Trotskistes, néo-staliniens, libertaires, de Christophe Bourseiller
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    www.apinkdream.org Index du Forum -> Club America Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4 ... 13, 14, 15  Suivante
Page 3 sur 15

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Pour nous envoyer vos news : contact@apinkdream.org

Graphisme : Julien Bremard - Dev : Pierre Bremard